La conservation des ressources naturelles

info Profil environnemental de l'Equateur

 

L'Equateur est un des pays les plus biodiversifiés de la planète avec une des plus grandes quantités d'espèces animales et végétales au km2. Malheureusement, le taux de déforestation atteignant 1,7 % ne permet pas d’envisager une conservation a long terme de ce patrimoine unique.

Vitalideas est engagée pour développer des programmes de conservation des ressources naturelles de l’Equateur selon différentes actions mentionnées ci-dessous.

 

Les objectifs sont :

- la protection durable de zones de forêts primaires pour le maintien et le développement de la biodiversité

- récupérer des espaces à forte biodiversité pour les soustraire à le déforestation ou à d’autres pratiques dommageables pour l’environnement

- récupérer des espaces dégradés et permettre le retour de la biodiversité

- sensibiliser les communautés à leur environnement

- proposer aux communautés des alternatives économiques basées sur l’utilisation durable d’un patrimoine naturel riche

 

Les actions proposées par Vitalideas :

  • Plantation d’arbres dans le cadre de projets de reforestation

L’objectif est la reconstitution de forêts primaire, en restaurant des espaces endommagés. La surface en espaces boises à des fins de conservation est ainsi regagnée et soustraite aux projets de destruction du couvert forestier.
Les essences choisies doivent être indigènes, et permettre un retour à une biodiversité optimale tant pour la flore que pour la faune.
Des essais de régénération naturelle assistée peuvent aussi être mis en oeuvre. L’intêret réside dans l’obtention d’un espace le plus ressemblant possible à son état avant sa dégradation et d’utiliser et favoriser le stock de graines éventuellement présent dans le sol. Des ensemencements supplémentaires peuvent également accélerer le processus.
chonta

 

  • Acquisition de terrain :


  • Une des meilleures actions durables pour la conservation d’un terrain est d’en devenir propriétaire. Quelque soit son état initial, un programme soit de replantation d’espèces locales soit de gestion durable (en fonction de l’état du terrain acquis) peut alors être mis en oeuvre. Le déboisement est alors une problématique écartée et des programmes d’amélioration et de suivi de la biodiversité peuvent être engagés.

    bosque

  • Adhésion des propriétaires de terrains à des programmes de protection de la forêt :


  • Certains propriétaires disposent de terrains comportant des espaces boisés de type forêt primaire ou secondaire, qui ne sont pas utilisés. Vitalideas souhaite proposer à ces propriétaires de placer leurs terrains dans des programmes volontaires de protection.
    L’objectif est de parvenir à motiver les propriétaires d’éviter la déforestation ou l’installation d’activités dommageables pour l’environnement, à travers une motivation financière sur plusieurs années, en contrepartie de la conservation de leur patrimoine.
    Il s’agit par exemple du programme développé par le ministère de l’environnement équatorien : Sociobosque


    A noter que si un propriétaire accepte d’intégrer un de ses terrains dans un programme de protection (et donc de « geler » toute activité de production) mais qu’en contrepartie il doit déforester un autre terrain pour compenser par exemple une « perte d’activité », ce projet serait rejeté. Vitalideas incluera cette clause indispensable dans la convention avec le propriétaire.

Remarques :

Chacun de ces programmes de restauration ou de conservation d’espaces naturels doit être accompagné de la mise en oeuvre d’un plan de gestion. L’objectif est de restaurer, maintenir et développer la biodiversité des terrains concernés par les projets. Pour cela, Vitalideas développe des partenariats avec les organisations spécialisées pouvant prendre le relais (universités, ONG spécialisées, administrations...) et assurer une gestion durable et un suivi des nouveaux espaces dans un but de conservation.

Le morcelage de la forêt est également un problème important notamment pour la faune. Aussi, chaque action mentionnée ci-dessus doit tenter de prendre en compte la reconstitution de surfaces suffisament importantes pour que la faune dispose d’habitats minimum pour sa survie.

 

Conséquences pour les communautés :

Les conséquences de ces actions, outre le maintien de la biodiversité, peuvent être également au bénéfice des communautés : en effet, en s’engageant sur cette alternative qu’est la conservation du patrimoine naturel, des retombées positives peuvent être envisagées, outre les revenus directs liés à l’activité de plantation et d’entretien (gérée par les communautés) : développement d’activités écotouristiques, formations et emploi des communautés, amélioration du cadre de vie... Voir aussi la page développement communautaire

barco

 

next Voir nos projets actuels à la communauté de Cajabamba II